Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 octobre 2013

Michel VOLLE : POUVOIR et AGIR

http://michelvolle.blogspot.fr/2013/09/pouvoir-et-agir.html

Pour toute décision, la réflexion devrait s'appuyer sur des connaissances techniques exactes. Le vrai stratège est ce celui qui connait le terrain et sait en tirer l’orientation judicieuse.

Portraits incisifs des politiques et … des hauts-fonctionnaires, par Michel VOLLE :

Comme je refuse la sacralisation du pouvoir qu'implique le mot « hiérarchie », je n'accorde à ces personnes que le respect qui est dû à tout être humain. J'admire certes celles qui remplissent sérieusement leur mission, mais ni plus ni moins que les artisans, ingénieurs, médecins etc. qui font bien leur métier.

Mais la plupart des politiques que j'ai observés répondent au portrait que voici :

  • Ce sont des êtres vigilants et vifs, capables d'anéantir d'une repartie foudroyante l'interlocuteur imprudent. Les plus expérimentés d'entre eux (un Defferre, un Pasqua) se meuvent avec un naturel animal dont l'esthétique n'est pas sans charme.
  • Ils vivent dans le monde psychosocial que structurent les pôles et réseaux de l'autorité, de la légitimité et de l'influence. Par contre le monde des choses, qui sont pour l'intention humaine appui ou obstacle, ne les intéresse pas : ils n'ont sans doute jamais soulevé un sac de ciment, jamais senti le poids de la terre en maniant la pelle et la pioche, jamais rencontré les obstacles qui s'opposent à un programmeur. Ils estiment que les choses n'ont pas à manifester une existence autonome. Un stylo qui se refuse à fonctionner est immédiatement jeté, un ordinateur indocile les exaspère.
  • Ils sont attirés, comme les insectes le sont par une lampe, vers les positions de pouvoir du haut desquelles ils pourront gouverner les hommes, et à travers eux les choses, par le moyen de la seule parole. Ces positions étant plus rares que les candidats les politiques se trouvent en concurrence. Certains d'entre eux utilisent la cocaïne pour accroître leur vigilance et leur vivacité : à court terme cela les aide à vaincre, peu leur importe alors si à long terme elle les fera sombrer dans la paranoïa, l'agressivité et l'impuissance.
  • Il se peut que la quête du pouvoir ait, outre le ressort psychosociologique, un ressort métaphysique encore plus puissant : les hommes de pouvoir, j'en ai fait l'expérience, blêmissent quand la mort est évoquée au détour d'une conversation. Si leur horizon ignore le long terme, c'est parce qu'il contient la perspective de la décrépitude et de la mort.
  • Dans l'attente du combat il leur faut accumuler des forces, et celles-ci résident dans l'image de soi qui se grave dans l’œil des autres. L'« effet d'annonce » est ainsi le grand souci du politique. J'ai vu cela de près dans ce cabinet ministériel : les ministres, y compris le premier d'entre eux, se disputaient l'annonce d'une « mesure » a priori populaire, et se refilaient comme une patate chaude celle d'une « mesure » qui risquait d'être impopulaire.
  • Une fois la « mesure » prise, annoncée et publiée, sa mise en exécution ne les intéressait par contre aucunement. C'est ainsi que le gouvernement, chargé en principe du pouvoir exécutif, le délaisse pour s'emparer de la mission législative (il a le monopole de fait des « textes » soumis au parlement) qui, seule, attire l'attention des médias.
  • Ce relais étant opportun, il faut attirer les caméras. L'« hommage aux victimes », exercice qui n'exige aucun effort et éveille l'émotion, est donc abondamment pratiqué. Le soldat tombé au combat est gratifié d'une cérémonie aux Invalides, les écoliers broyés dans un autocar sur un passage à niveau auront droit à un ministre sur le visage duquel la gravité de rigueur luttera avec le sourire de connivence adressé aux journalistes.

La suite c'est avec les "hauts-fonctionnaire" .... http://michelvolle.blogspot.fr/2013/09/pouvoir-et-agir.html

Et pour conclure ce billet, ce dernier extrait :

Les « hommes de pouvoir » m'apparaissent donc pour la plupart, quelque talent qu'ils puissent manifester, comme des infirmes mus par la peur de la mort et auxquels manque la sensibilité aux conditions que la nature impose à l'action. Le mécanisme des institutions conduit ces êtres mutilés à des fonctions stratégiques qu'ils usurpent, car le seul vrai stratège est celui qui, connaissant le terrain, sait y trouver l'orientation judicieuse.

Du même auteur :  “El parador

16:19 Publié dans Gouvernance, Satire sociale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 04 décembre 2012

Le pays de la potion magique …

Une synthèse du “mal français”, et à défaut de recette miracle, une invocation au “sursaut des élites” ?
    Quand le médicament rend le patient plus malade, il faut en prendre un autre ou changer de docteur",
a plaidé dimanche le travailliste Ed Balls, ministre des Finances du cabinet fantôme d'opposition…

POINTS DE VUE paru dans Les Echos :

catégories : IDÉES POINTS DE VUE

Florange au pays de la potion magique

de Michel Drouet

Les Echos du 04/1 http://www.lesechos.fr/opinions/points_vue/0202425000561-...

L'idée de nationalisation du site de Florange a heureusement fait long feu. Son succès dans l'opinion et dans la classe politique, quasi unanime, a montré une fois de plus le goût des Français pour les solutions miraculeuses.

    Alfred Sauvy en son temps se gaussait du concept de « miracle allemand » pour nommer le redressement de l'Allemagne après 1945, qui, dans l'esprit des français, ne pouvait pas procéder de l'intelligence et du travail des allemands, mais plutôt d'une intervention quasi divine.

Depuis des décennies, longue est la liste des potions magiques administrées au pays pour résoudre le problème de la croissance et du chômage :

  • nationalisations,
  • retraite à 60 ans,
  • 35 heures,
  • emplois subventionnés,
  • recrutement excessif d'agents publics,
  • endettement sans fin de la puissance publique…

Toutes ces médications ont débouché sur le fiasco actuel de

  1. la crise de la dette,
  2. de la dépression,
  3. du chômage de masse
  4. et de l'extension de la pauvreté, phénomènes qui touchent avant tout les plus vulnérables.

Plutôt que d'essayer de faire des miracles, pourquoi ne pas s'être efforcés de mener des politiques structurantes et construites pour soutenir la croissance et l'emploi ?

Pourquoi, en plus de trente ans de chômage de masse, les gouvernements successifs de gauche comme de droite ont-ils été incapables de mettre en place un service de l'emploi efficace pour former et assister les chômeurs dans leur recherche d'une activité, à l'image de ce qui se pratique dans les pays du nord de l'Europe ?

  • Quelle hypocrisie nous conduit à supporter depuis des années un marché du travail où les uns sont surprotégés et les autres hyperprécarisés ?
  • Pourquoi la recherche publique et les grands organismes ne travaillent-ils pas plus avec les entreprises petites ou grandes pour développer leur capacité de croissance et de création d'emplois ?
  • Pourquoi l'Education nationale ne prend-elle pas les moyens de lutter contre l'échec scolaire et de dispenser des formations adaptées aux besoins des gens et du pays ?
  • Pourquoi le secteur public consomme-t-il 56 % du PIB contre 46 % en Allemagne, sans service supérieur rendu aux citoyens et aux entreprises ? 
  • Pourquoi le climat et l'environnement ne sont-ils pas plus favorables en France pour ceux qui innovent dans le privé et le public, développent des projets dans les deux secteurs et créent des entreprises ?

En vertu du principe de subsidiarité, ces sujets sont à aborder avec détermination par un Etat stratège dans le cadre de larges concertations, les problèmes de fermeture de sites devant relever de la compétence d'institutions efficaces et décentralisées.

Depuis des années, le pays hésite à traiter ces problèmes de fond. Seules des réponses élaborées collectivement avec méthode et mises en oeuvre avec constance dans la durée permettront

  • de stimuler la croissance,
  • de lutter contre le chômage
  • et d'éviter la destruction d'emplois, en particulier dans l'industrie.

Dans le cas de Florange, à cette approche organisée, le pays et ses gouvernants ont préféré agiter l'idée de la nationalisation et la recherche précipitée de partenaires industriels pour finalement renoncer sous l'oeil goguenard de la planète.

Avec cette histoire malheureuse qui ne manquera pas de nourrir la propagande des partis extrémistes, la France a fait un accès de fièvre de plus, mais les problèmes demeurent. Il serait temps de les affronter avec de vraies solutions.

Michel Drouet

Michel Drouet est ancien administrateur de l'Insee

mercredi, 17 octobre 2012

BCE, Système européen TARGET et dettes souveraines

Portrait of Hans-Werner Sinnhttp://www.project-syndicate.org/commentary/the-ecb-s-sec...

Hans-Werner Sinn

Hans-Werner Sinn is Professor of Economics at the University of Munich and President of the Ifo Institute for Economic Research. He also serves on the German economy ministry’s Advisory Council. Hi…

Full profile

[…] les marchés internationaux n’ont financé aucun de ces pays (Irlande, Grèce, Portugal, Espagne, Italie) de manière importante ces trois dernières années. Ils ont été financés par la Banque centrale européenne (BCE). Le système de règlement bancaire TARGET, jusqu’à présent ignoré par les médias, montre que la BCE a été beaucoup plus impliquée dans les plans de sauvetage qu’on ne le pense généralement.

Mais la BCE ne souhaite plus aujourd’hui poursuivre dans cette voie et voudrait que les membres de la zone euro prennent le relais.

[…]

A la fin de l’année dernière, la masse monétaire de la zone euro s’élevait à 1070 milliards d’euro, dont 380 milliards étaient absorbés par les prêts accordés aux GIPS. Continuer à financer les déficits des comptes courants de ces pays, à hauteur de 100 milliards d’euro environ par an, signifie que la totalité de la base monétaire de la zone euro serait consommée dans un délai de 6 à 7 ans.

Pour sortir de cette impasse, la BCE souhaite que la Facilité Européenne de Stabilisation Financière (FESF) prenne le relais, et certains pays demandent même la création d’euro-obligations. Mais cette option ne ferait que prolonger le financement communautaire des déficits de la balance des comptes courants des GIPS, en cours depuis quatre ans, pour deux ans de plus. En finale, soit l’euro s’écroulera, soit une Union de transfert sera établie dans l’Union européenne, par laquelle les déficits des comptes courants seront financés par des donations entre pays membres.

01:22 Publié dans Finance, Gouvernance, Régulation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 29 septembre 2012

XERFI : Passage de l’économie à l’Iconomie

“[…] Nous sommes en crise, parce que comme le disait Gramsci, « le vieux ne veut pas mourir et que le neuf ne peut pas naître ». Dans cet entre deux surgissent les monstres de la prédation économique et financière, du délitement du système productif, du chômage de masse.
On ne reconstruira pas le système productif par de simples mesures macro-économiques. Il ne s’agit pas non plus de copier des pays qui ont su habilement tirer parti des faiblesses des autres. Il faut réviser nos modes de pensée et d’action. Penser la mutation, la rendre intelligible, c’est le but que s’est fixé le groupe de travail de l’association Institut Xerfi. Il s’agit d’impulser le passage de l’économie à l’Iconomie, avec un nouveau modèle de compréhension de l’économie pour penser le monde d’après, la France d’après, éclairer les voies d’une nouvelle compétitivité et d’une nouvelle manière de créer des richesses et des et des emplois.
Or, nous sommes confrontés à un vide, un vide de la pensée et de l’action stratégique. La stratégie, ce n’est pas un ensemble de solutions techniques. Ce n’est pas l’organisation efficace de moyens pour atteindre un but comme on l’enseigne à nos futures élites. En 35 ans de métier, je n’ai jamais vu une grande stratégie sortir d’une analyse stratégique. Je n’ai jamais vu un futur se dessiner dans un modèle économétrique. Non, une stratégie exige une vision, un dessein, une ambition, qui se concrétise dans une orientation. Oui, depuis plusieurs dizaines d’année la France est dans un vide stratégique. L’Iconomie, c’est d’abord la volonté de penser le neuf, c’est aussi une ambition pour la renaissance de la France. […]

Conférence de l'institut Xerfi

Voici les exposés lors de la conférence de l'institut Xerfi le 19 septembre 2012 :

Laurent Faibis, "
Introduction : passer de l'économie à l'Iconomie, pour la renaissance de la France" :

Alexandre Mirlicourtois, "L'état des lieux : les chiffres-clés d'une révolution productive manquée" :

Michel Volle, "L'Iconomie, l'élan du nouveau « système technique » pour reconquérir la compétitivité" :

4) Philippe Moati, "La fourniture d’effets-utiles et l’émergence d'un modèle économique serviciel" :

5) Alain Marbach, "Investir massivement dans l'Iconomie pour créer les conditions d'une nouvelle compétitivité" :

6) Jean-Pierre Corniou, "Comment l'Iconomie va provoquer une nouvelle organisation productive plus performante" :

7) Christian Saint-Etienne, "Pour le retour d’un Etat stratège,
pour une reconstruction du tissu productif
" :

lundi, 10 septembre 2012

Démystifuer la finance : Les périls du nouveau rôle de la Banque centrale européenne

http://finance.blog.lemonde.fr/2012/09/09/les-perils-du-n...

Il y a quelque chose de paradoxal dans la soudaine mise en exergue des interventions des banques centrales, plus habituées à la discrétion qu’aux feux de la rampe. La Banque centrale européenne n’a pas cherché ce rôle périlleux de sauveteur de l’Eurozone, qui n’est pas dans ses statuts et pour lequel elle n’est ni préparée ni équipée. A cela s'ajoute le projet d’union bancaire qui va faire de la BCE le superviseur suprême des quelque 6 000 banques européennes. Elle y sera probablement obligée, alors qu’elle ne l’a pas demandé, et a même souhaité ne pas avoir cette charge.

Une dangereuse concentration de pouvoirs

Quel que soit le talent des dirigeants de la BCE, les décideurs politiques de l'Union européenne se sont littéralement lavé les mains de leurs responsabilités et ont mis la BCE dans une position fondamentalement intenable.

Une banque centrale n’est pas l’autorité responsable de la politique d’un pays en matière de devises. C’est aux ministres des finances qu’appartient cette autorité. Ils ont démissionné.

Une banque centrale n’a rien à faire dans une fonction de soutien de l’endettement abusif des Etats. C’est le rôle des Etats dans les traités européens.

Une banque centrale est responsable de la prévention de l’inflation et des taux d’intérêt monétaires, à savoir le court terme. Elle n’a ni les moyens financiers ni la structure nécessaire pour assurer le niveau des taux à long terme, que chaque pays doit assumer en fonction de sa situation de crédit. C’est aux gouvernements qu’appartient la politique de taux d’emprunt des pays.

Une banque centrale est le prêteur en dernier ressort des banques, mais pas à moyen terme. C’est un rôle stabilisateur des fluctuations à court terme des trésoreries des banques. Dans le cas de la BCE, le financement bancaire à moyen terme LTRO avait trois caractéristiques qui allaient au-delà de son rôle : la concentration de deux tranches de 500 milliards d’euros à quelques mois de distance, la prise de risque à trois ans pour laquelle elle n'a pas de financement adéquat et un taux d’intérêt en dessous du marché, qui la fait subventionner les Etats les plus impécunieux.

A cette fonction de préteur de dernier ressort, la BCE va maintenant ajouter une fonction de régulateur de l’union bancaire européenne. Ce n’est pas, en soi, nouveau, et les banques centrales jouent ce rôle dans de nombreux pays. Mais c’est l’ajout de ce rôle à tous les autres qui inquiète.

Il est sidérant de voir que personne ne pose le problème démocratique et politique de cette concentration dans une institution qui doit rester indépendante dans ses décisions. Nulle part une telle concentration n’a été mise entre les mains de la banque centrale de manière structurelle.

Une cible fragilisée

Le rôle de la BCE fragilise cette institution essentielle à l’équilibre financier de l’Europe. C’est la raison de l’opposition farouche et légitime de l’Allemagne à cette extension de ses interventions.

En effet, une attaque sur la devise, sur les taux d’intérêt, sur les banques, sur les Etats fait maintenant de la BCE une cible unique et multipolaire. La manière dont les Etats se sont débarrassé de leurs responsabilités sur la BCE risque de la mettre au premier plan de toute perturbation de l’un ou l'autre de ces aspects. Elle ne peut que décevoir.

Encore faudrait-il qu’on lui en donne les moyens. En cas de crise, elle devra inévitablement se retourner vers ses 29 actionnaires : les Etats de l’Eurozone. Faut-il préciser que cet engagement ne figure nulle part dans les dettes des pays concernés ?

Dès la prochaine crise, nous découvrirons qu’il n’y a plus de pare-feu et que les taux d’intérêt, l’Euro, les banques et les Etats flamberont simultanément et affecteront la BCE et, avec elle, l’Europe entière.

Définir un statut à long terme

Il ne s’agit pas de blâmer en période de crise. Mais il est important que les autorités politiques européennes réfléchissent à ce que sera le statut de la BCE sur le long terme.

L’Europe ne peut pas s’installer dans une structure qui met une seule de ses institutions sur des fronts aussi divers et interconnectés. Elle joue avec le feu. En agissant de cette manière, elle a concentré toutes les attentes sur un homme fort, et une institution qui n’a pas les moyens de ses attributions. Elle a donc concentré tous les risques.

Pour la BCE, c’est plus un piège qu’un privilège. Mario Draghi doit se souvenir de cet adage romain qui rappelait la fragilité des sénateurs de l’Empire. La roche tarpéienne est proche du Capitole.

14:33 Publié dans Finance, Gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |